doudouQu'il était fier le doudou de m'appeler hier matin dans le couloir où les enfants de la classe de Lucile rangent leurs affaires (sac, manteaux...). Il me dit "viens voir, viens voir"... Intriguée, je délaisse donc ce que je faisais (mater les photos de classe et blaguer) et je me dirige vers l'objet de tant de fierté. Là, dans le couloir, la maîtresse a exposé de grandes affiches, pour chaque enfant, suite à un travail réalisé sur les "doudou"... L'enfant y apparait en photo avec son doudou, puis le doudou tout seul, une barre qui mesure sa taille, un petit descriptif qui explique comment il s'appelle (j'ai d'ailleurs découvert que celui de ma fille s'appelle Polochon, ah bon !) et pourquoi l'enfant l'aime tant... jusque là, ma foi, je ne voyais pas ce qui pouvait susciter tant d'émerveillement de la part de mon cher et tendre... bon si ce n'est que ma fille est une merveille mais ca on le sait tous !

A ce moment là, Valérie, la maîtresse, arrive dans le couloir et nous dit "ah oui vous avez vu, on a eu un petit soucis pour se mettre d'accord sur ce qu'était le doudou, alors on a mis un point d'interrogation". En regardant l'affiche jusqu'en bas je découvre donc effectivement un carré vert vide et un point d'interrogation... Mon cerveau de femme enceinte uni-neuronal ayant quelques difficultés à faire le point à 8h30 du matin, je regarde donc les affiches des petits copains et je constate que pour chaque doudou il y a "et en vrai mon doudou est :" avec le nom et la photo de l'animal (ou autre qu'il représente) : un ours, un lapin, un poisson...
La maîtresse rajoute alors "moi je trouvais qu'il ressemblait à un papillon mais il n'y a rien eu à faire, Lucile n'a pas voulu en démordre et elle a refusé qu'on mette quoi que ce soit dans la case... du coup bah j'ai respecté et j'ai mis un point d'interrogation". Là, j'ai donc compris le sentiment de fierté du doudou (pas Polochon mais l'homme, vous suivez ou bien ?) : qu'il était heureux de voir qu'à 3 ans sa fille avait suffisamment de confiance en elle pour ne pas se laisser dicter par les certitudes des autres, même s'ils représentent l'autorité !