Allez et de deux… et oui pas de chance pour les personnes qui ne se sentent pas concernées, mais actualité oblige, ce petit papier va parler, à nouveau, de l’allaitement. Roooh c’est bon, ne commencez pas à lever les yeux au ciel (enfin c’est toujours mieux que mes copines qui sont obligées de garder les bras en l’air pour avoir les tétons qui défient les lois de la gravité… je ne citerai pas de nom, elles se reconnaîtront !) je vais parler du côté… vache à lait ! Si si…
Enfin pas de l’aspect vache à lait je vous vois venir. Mais du côté business qui commence à se profiler à l’horizon. Bah oui, car soyons honnête entre le scandale du lait frelaté (qui a finalement nécessité l’hospitalisation de 13 000 bébés en Chine !), le risque du bisphénol dans les biberons en plastique… même les médias commencent à parler des avantages de l’allaitement.
Par contre, soucis… Prenez une moyenne de 6 biberons pour débuter, une boîte de lait infantile par semaine (ça coûte la peau des fesses ça en plus !), de l'eau en bouteille pour préparer les biberons, un stérilisateur  et un chauffe-bib (si vous décidez de bouder madame la casserole). Bref, cela donne une jolie somme ! Face à ça, vous mettez une paire de nibards à… 0 euros (bien sur si on prend du 100% naturel, je ne tiens pas compte des éventuelles prothèses mammaires) et forcément, c’est tout un pan de l’industrie qui est mis en danger par les forcenés du néné ! (et je parle pas ici des avantages pour la santé et donc pour le système de santé hein !)

1Alors alors, il a bien fallu que les industriels se creusent la tête pour trouver un moyen de faire un peu de business sur le dos (enfin sur les seins) des allaitantes.  La grande annonce du jour, un alcootest pour lait maternel ! Si si j’vous jure, c’est même canal+ qui l’a dit à midi alors bon… J’ai donc fait ma petite recherche et, effectivement, incessamment sous peu, les mères qui allaitent pourront souffler dans le ballon afin de savoir si elles peuvent nourrir bébé sans risque de le voir rouler ensuite sous la table ! Bon cela peut faire sourire au premier abord mais là, franchement, moi ça me file un rictus. Il est déjà assez difficile de faire passer le message à l’ensemble des femmes enceintes et des mères qui allaitent que l’alcool est vraiment dangereux pour la santé du bébé mais si on met maintenant sur le marché un gadget qui laisse penser que, finalement, on peut picoler sans culpabiliser bah moi je dis… Bah je dis que ça me coupe le sifflet ! Bon ok d’une ça ne me concerne pas car je ne bois jamais d’alcool (enfin si une coupette de champ’, mais ça date d’avant ma grossesse, j'me rappelle plus le goût que ça a) et de deux j’ose croire que les mères informées sont prudentes si elles s’octroient un petit verre et ont l’intelligence de vérifier le temps nécessaire à l’alcool pour disparaître de leur organisme avant une prochaine tétée. Toujours est-il que je trouve cette idée d’alcootest pour lait maternel saugrenue, inutile, dangereuse et… marketing !

ambiance_lactel_mamanDu coup, en cherchant les infos sur ce fameux alcootest, j’ai découvert qu’il existait aussi, en supermarché, un lait pour les femmes enceintes et allaitantes. Alors là, vindiou, m’en vl’a toute surprisationnée  ! Du lait pour les femmes qui allaitent ? J’ai donc cherché ce qu’il pouvait avoir de particulier et j’ai découvert qu’il contenait plein de trucs hyper importants (et surtout déjà hyper présents dans une alimentation normale) et que, horreur, malheur, j’allaite depuis 16 mois sans ingurgiter mes deux verres de 250 ml (chacun), conseillés ! Enfer et damnation ! Au prix de 1,5 euro le litre (ah tant qu’à faire on se mouche pas avec le dos de la cuillère… euh comment ça j’m’emmêle ? Un manque de calcium d’origine bovine peut être ?), voilà encore une bien belle idée tiens ! En attendant je m’interroge, si la mère allaitante doit boire le lait de la vache pour bien allaiter, le lait de qui la vache doit-elle boire pour bien produire du lait pour la mère qui allaite qui boit le lait de la vache pour... ?

En attendant et parceque, finalement, ça ne devrait pas être si commercial tout ça, un petit communiqué récent de la coordination française pour l'allaitement maternel :

Communiqué de Presse de la CoFAM
Depuis ce printemps, les médias ont régulièrement souligné les pratiques industrielles parfois dangereuses autour des produits de puériculture pour nourrissons. On entend parler de Mélamine dans le lait pour nourrissons en Chine,
de Bisphénol dans le plastique de certains biberons en France, de produits toxiques dans les pommades pour nourrissons dans les boites-cadeaux  données aux mères en maternité.
La CoFAM (Coordination Française pour l'Allaitement Maternel) tient à préciser qu'il n'y a pas de Mélamine dans le lait maternel ni de Bisphénol dans les seins.
Gardons un peu de bon sens et restons simples !
Dr Marc PILLIOT, Pédiatre
Président de la CoFAM