suisse_482Je ne sais pas si je vous l'ai déjà dit, mais la pédiatre, lors de la visite de contrôle à la maternité, nous a demandé si nous avions des origines italiennes... euh, moi un peu mais le doudou est surtout d'origine portugaise... "Ah bah voilà, ne cherchez pas, c'est pour ça qu'elle a les fesses bleues"... ah bon ? elle a les fesses bleues ? Bon perso, j'avais pas remarqué (faut dire que j'étais plus obnubilée par son dos poilu que par la couleur de ses pommes d'amour) et j'ai donc appris que souvent, les enfants d'origine méditerranéenne ont comme de jolis bleus sur le popotin, plus ou moins important. Chose que m'a confirmé ensuite une cousine du doudou, preuve à l'appui, avec les petites fesses de sa louloute bien plus bleues que celles de lulu finalement ! Bref tout ça pour dire quoi ? Ah oui, donc, désormais, je ressemble à ma fille ! Enfin ! Mais bon, commençons par le début.

Il y a une dizaine de jours, la bibouillette family se préparait, avec beaucoup d'excitation, à vivre ses premières vacances loin de son petit village. Plus de 4 ans sans quitter la région PACA, waouh, autant vous dire que ce petit retour aux sources dans la Suisse qui a abrité les vacances d'enfance de mon popa puis les nôtres était très très attendu. Et histoire que tout soit réuni, c'est en "grosse" famille que nous partions puisque les grands-parents, marraine, tatie, tonton, cousin et cousine de lulu étaient aussi du voyage.

Au début, ma foi, tout s'est plutôt bien passé. Bon ok, prenez trois voitures qui se suivent en cortège, mettez en tête la voiture la plus "lente", multipliez par 9 personnes le nombre de pauses pipi (pas synchronisées of course) et vous affichez un joli 12 heures de route pour faire 600 km. Ok ok ça peut sembler l'horreur dit comme ça, mais ceci fut une sinécure comparé au reste du séjour ! Si si j'vous l'jure ! D'autant que lulu avait décidé de se montrer très coopérative en pionçant au moins 10h sur les 12 de trajet ! Elles commençaient pas bien les vacances ? Rajoutez à ça la découverte du chalet que nous avions loué pour un prix défiant toute concurrence, un truc immense, super bien équipé, bref... que du bonheur ! On aurait du en rester là tiens !

Bah oui parce que dès le lendemain, les choses se sont un peu gâtées. Pour notre première journée, nous avons décidé de se faire une petite randonnée dans un coin que nous affectionnons particulièrement. De jolies montagne, une belle cascade et... un rocher qui joue les figurants depuis notre plus jeune âge sur les photos de famille. Un grand et gros rocher, coupé en deux... que nous gravissons d'un peu allègre pour aller poser fièrement au sommet. Sauf que là, j'ai oublié un petit détail... enfin plutôt deux : 15 ans et 15 kilos de plus que lors de mon dernier séjour en Suisse (c'est pas pour ça que je me suis privée de chocolat, je vous voir venir !) et l'agilité d'un pachyderme en fin de vie. Donc me voilà en train de grimper sur le rocher, je sentais au fond de moi que je faisais une boulette mais la petite voix, bah je l'ai pas écouté ! Et ce qui devait arriver arriva ! Pratiquement au sommet, mon pied a glissé, je n'ai pas réussi à me rattraper et je suis retombée en arrière. Heureusement mon père a eu un réflexe de folie et a réussi à ralentir ma chute et éviter que je me fracasse le crâne et la colonne vertébrale sur les rochers au sol... mais n'a pu empêcher que je tombe lourdement sur le bas du dos, toujours sur des rochers - si au moins ça avait été des suchards. Une énorme frayeur pour tous, une sacrée douleur pour moi, une lulu en pleurs de voir sa maman au sol en train de crier... bref, super première sortie !

Après un petit moment, voyant que ça allait, que je n'avais visiblement rien de cassé, le doudou, la lulu et moi sommes redescendus lentement à la voiture pendant que le reste de la famille continuait un petit bout de balade. De retour à la maison, je vais m'allonger et je commence à sentir que le bas de mon dos devient dur, il me prend un gros coup de flip et je découvre dans le miroir qu'il m'a poussé en fait une troisième fesse genre cul de babouin ! Évidemment on est en Suisse, un dimanche... on trouve dans la petite ville d'à côté un cabinet d'urgence médicale et hop z'y va... On laisse lulu au soin de sa super naaaaannny (comprendre sa tatie, elle a eu un vrai coup de foudre pour elle pendant les vacances !) et le doudou, ma p'tite soeur et moi prenons le chemin du médecin. Cabinet de ouf (deux plasmas dans la salle d'attente, je sentais bien que y avait pas que le rocher qui allait me faire mal au "luc" pour le coup !), secrétaire genre bombe sexuelle adorable (pfft c'est bon hein !) et médecin space, italien parlant le français comme une vache suisse... bref ! Il me fait rentrer dans la salle de radio, fait la radio et me dit d'attendre là; Heureusement, comme je sens venir les malaises, je me traine jusqu'à la salle d'attente où, après un, "je m'sens pas bien" que le doudou commence à connaître, je tombe raide. Je me réveille allongée sur une table d'examen, on me donne un médicament à boire, le docteur nous annonce que je n'ai rien de cassé (ouf) mais que j'ai un méga hématome dans le bas du dos et qu'il faut attendre quelques jours pour voir s'il faut me poser un drain (hein ???). Il me propose de me rasseoir, je retombe aussi sec... j'ai droit à un jus de fruit (c'est la seule chose qu'ils n'ont pas comptabilisé sur la note je crois, un oubli surement !), je me relève, ça tourne toujours autant... On m'amène dans une autre salle, on me prend la tension qui est à 9 à cause du 1/2 litre de sang que j'ai dans l'hématome... Superbe ! On me pose une perfusion (non sans m'exploser le bras au passage), on me pique dans les fesses, on m'enfourne deux médocs dans la bouche... et on m'annonce que je dois revenir le lendemain pour un contrôle et décider s'il faut me poser un drain pour évacuer l'hématome... ah et en prime, vu la dose de médocs que je viens de recevoir, interdiction d'allaiter lulu jusqu'au lendemain !

Après une soirée très difficile à pleurer à chaudes larmes dès que lulu me demande à téter, une nuit cahotique, où le doudou et lulu se sont exilés dans une autre chambre (première nuit sans ma fille, trop dur), au petit matin c'est avec délice que je retrouve ma poupée pour une tétée urgentissimeurgentissime (comprendre que j'avais les nibards au bord de l'explosion !). L'aprem, visite de contrôle chez le doc qui me dit que l'hématome a bien diminué mais qu'il souhaite que je passe une échographie (300 francs suisse, environ 200 euros !) pour voir si je dois avoir l'intervention avec la pose du drain (1000 francs suisse, si si !)... moral dans les chaussettes, je vais voir la secrétaire pour régler la note et là, j'vous jure, faut que je vous la scanne dès que je peux. Un truc incroyable ! Tout est facturé, les conseils, le temps par tranche de 5 mn, le pansement (pour la perfusion) 9 francs, les gants 5 francs... au total deux pages détaillées et une somme finale de... tada... 750 francs suisse ! Environ 500 euros. Bon là, heureusement qu'on était parti en famille sinon fallait qu'on vende un rein direct, donc tout le monde s'est cotisé, a retiré ce qu'il pouvait et nous a incité à rester vu qu'avec le doudou on était déjà limite a remettre les valises dans la voiture pour rentrer à la maison.

Le lendemain, au réveil, mon père a une idée de génie : annuler le rdv pour l'échographie et repasser la frontière pour aller aux urgences les plus proches, en France, là où la carte vitale est acceptée ! Ni une ni deux, on choisit cette solution et nous voilà donc partis. Une bien bonne idée car le médecin des urgences qui m'a reçu a, certes été impressionnée par mes fesses (c'était une femme, n'y voyez rien de seskuel de suite) mais m'a rassuré en me disant qu'il serait non seulement inutile mais presque dangereux de me poser un drain. L'hématome va se résorber tout seul et passer par toutes les couleurs (là on a presque passé le violet, on est entre le bleu - voilà pourquoi je ressemble enfin à ma fille -, et le jaune). Un vrai feu d'artifesse à moi toute seule tiens ! Dommage que le 15 août soit déjà passé.

Bon là vous vous dites le pire est passé... oui certes je vous rassure. On a eu l'occasion de quand même  bien profiter de nos vacances avec de jolies balades, de bons moments en famille (je vous raconterez plus tard les vacances version lulu ! là ça va être trop long, déjà que...), une fondue aux échalotes de folie, une raclette cuite au feu de bois à se damner, des kilos de chocolat et... découverte gustative étonnante : une pâte à tartiner ovomaltine. Même le nutella il est pas à la hauteur ! Je vous jure. Quel scandale qu'on en trouve pas en France, je m'en va d'ailleurs de suite après ce post mailer la société ovomaltine pour remédier à cette injustice ! Il me prend déjà une bouffée d'angoisse à l'idée qu'on termine les 4 pots ramenés ! brrr

Dans le positif, je ne peux qu'évoquer le côté "sentimental" de ce voyage avec tout ce qui nous lie à la Suisse...  Tellement c'est fort et important pour nous. Les souvenirs d'enfance, la mémoire de Daniel, le meilleur ami de mon papa trop tôt disparu, un bonhomme unique au coeur aussi gros que sa voix et à la bille de clown, le plaisir de retrouver son épouse, Josiane, une personne merveilleuse comme en croise trop peu. Josiane, si tu lis ce papier d'ailleurs, on t'attends très vite en France, lulu a plein de nouveaux signes à te montrer (et moi je te maile très vite les photos promis). Bref, beaucoup de moments de bonheur, de douceur et de tendresse. Et il fallait au moins ça pour supporter le chemin du retour !

Ah ah bah vi vous croyez que la pasdbolmania que m'a refilé ma copine Bolinette s'arrêtait là ? tut tut tut, ça aurait été décevant non ? Alors bah pour le retour on dit "chacun pour soit et dieu pour tous"... On choisit de prendre l'autoroute tout le long et... les bouchons du dernier chassé-croisé ! Au total, on a mis près de 10h pour rentrer chez nous dont... au moins 6 avec une lulu hurlante à bout de nerfs ! 25 pauses plus tard (on connaît toutes les aires d'autoroute entre Valence et Toulon, ou presque), moi le dos et les fesses en compote (comme les petits pois surgelés que je m'appliquais pour supporter la route et qui ont fini par "empuer" toute la voiture)... nous voilà enfin de retour chez nous. Aaaah home sweet home... ou pas ! Une coupure d'électricité pendant les vacances et hop... tout le frigo et le congélateur dégivrés, la bouffe pourrie, tout a coulé... A plus de 19h, après 10 heures de route, un dos et des fesses hyper douloureux, un bébé épuisé, des parents à bout de nerfs... nous voilà donc à jeter tous nos stocks de nourriture, nettoyer au jet d'eau les bacs, être à quatre pattes dans le frigo et le congélo... Mon dieu que ça fait du bien les vacances... quand ça s'arrête !!!